Le temple de l’économie fait place au vivant