Eléments et pratiques favorables à la biodiversité sur la ferme

La fragmentation et la dispersion des surfaces en gel fixe sur l'exploitation augmentent l'hétérogénéité du paysage et les habitats pour la biodiversité, à condition de maintenir ou d'aménager des corridors biologiques entre eux.

Lors des travaux de récoltes, la barre de coupe est réglée à plus de 15 cm de haut, ce qui est favorable aux oiseaux et mammifères ayant tendance à se tapir au sol.

La paille est directement broyée par la moissonneuse. Le broyat reste et se dégrade en surface.

  • Cela évite la recolonisation des andains par les animaux sauvages entre la fauche et le broyage et
  • Cela assure la création d'un litière favorable à la microfaune de surface.

La rotation est raisonnée pour gérer les adventices et pathogènes et ainsi éviter des applications phytosanitaires trop fréquentes.

Reconstitution du maillage d'éléments linéaires (haies et talus) : Créer des haies en limite de parcelles permettra de rétablir les connexions des éléments du paysage.

Rembourrage des haies incomplètes en réimplantant des arbres de haut jet et des buissons.

Gestion douce des éléments enherbés pour concilier biodiversité et gestion des adventices dans le cadre d'une conduite culturale en semis direct.

Plantation des pieds de pylônes qui exercent une emprise non cultivée dans les parcelles. Les pieds de pylônes peuvent être enherbés et plantés de buissons pour créer des îlots de végétation.

Mise en place d'îlots de sénescence dans les boisements en contact avec les haies. Ces îlots permettront aux espèces inféodées aux vieux arbres et au bois mort de trouver un endroit frais et du bois mort pour se reproduire. Sauf si les arbres sénescents présentent un danger, aucune coupe ne doit y être effectuée.Implanter des bandes enherbées sur les bords de parcelle jouxtant une haie. La perte de production sur les premiers mètres de la culture est rattrapé sur la production totale de la parcelle grâce à l'effet brise vent de la haie.